Le développement de nouveaux produits a bondi de 202 % dans le monde au cours des cinq dernières années

Les super-aliments sont souvent commercialisés comme la réponse à nos problèmes de santé, mais à présent, une nouvelle recherche de Mintel souligne la popularité de ces aliments bourrés de nutriments. D’après Mintel GNPD (Global New Product Database), il y a eu, entre 2011 et 2015, une augmentation phénoménale de 202 % à l’échelle mondiale dans la commercialisation des nouveaux produits alimentaires et boissons contenant les termes « super-aliment », « super-fruit » ou « super-céréale ».

Et il semblerait que la popularité de ces soi-disant super-aliments soit sans fin. Rien qu’en 2015, il y eu une augmentation de 36 % du nombre de produits alimentaires et de boissons commercialisés globalement avec les termes « super-aliment », « super-fruit » ou « super-céréale ». En 2015, les États-Unis ont accueilli la plupart des lancements de ces « super » produits alimentaires et boissons (30 %), suivis par l’Australie (10 %), l’Allemagne (7 %), le Royaume-Uni (6 %) et le Canada (6 %).

La flambée de ces lancements découle de la forte demande des consommateurs pour des produits hautement nutritifs. Aujourd’hui, plus de sept consommateurs sur 10 en France (72 %), en Allemagne (71 %), en Italie (73 %) et en Espagne (72 %) s’accordent à dire que les bienfaits santé présents dans les aliments naturels, comme les fruits et légumes, sont préférables aux avantages supplémentaires des aliments fonctionnels.

De plus, la recherche révèle que l’effet « super-aliment » se soit propagé au-delà de la nourriture et des boissons. En effet, tandis que 43 % des produits lancés avec les mots « super-aliment », « super-fruit » ou « super-céréale » dans la description du produit appartenaient à la catégorie alimentaire entre 2011 et 2015 et 11 % à la catégorie des boissons, 3 produits sur 10 (30 %) appartenaient au segment beauté et soins personnels, tandis que 12 % relevaient de la catégorie santé et hygiène et 4 % concernaient les produits pour animaux domestiques.

Stephanie Mattucci, Analyste mondiale en science agro-alimentaire chez Mintel, a déclaré :

« La popularité des « super-aliments » est évidente tandis que les fabricants d’aliments et de boissons exploitent à l’échelle mondiale une demande pour ces ingrédients nutritionnellement denses. Mais ces super-aliments ne se limitent pas seulement à la nourriture et aux boissons, ils surgissent régulièrement dans la beauté, la santé, l’hygiène et la nourriture pour animaux domestiques parce que les consommateurs d’aujourd’hui sont beaucoup plus conscients de ce qu’ils mettent dans et sur leur corps. »

En particulier, la tendance vers un régime sans blé a donné lieu à un nombre croissant de produits contenant les céréales d’antan « super-céréales . Et tandis que le quinoa et le sarrasin sont devenus des noms familiers ces dernières années, c’est le chia qui a connu la plus forte augmentation de son utilisation. Entre 2014 et 2015, il y a eu une augmentation de 70 % des lancements de produits alimentaires et boissons contenant du chia, alors que le pourcentage des produits alimentaires et des boissons contenant du teff a augmenté de 31 %. Entre-temps, le pourcentage de produits alimentaires et de boissons contenant du quinoa a augmenté de 27 %.

« Le désir d’alternatives au blé, plus saines et moins raffinées a alimenté la redécouverte des céréales anciennes. Les céréales d’antan, à la fois savoureuses et denses en nutriments, ont commencé à changer la perception négative de certains glucides en exploitant leur profil nutritionnel et leur riche patrimoine. Les céréales anciennes offrent une alternative au blé mais sont aussi dotées de composants fonctionnels et nutritionnels, proposant de nouvelles saveurs et textures. C’est une excellente manière pour les produits « sans » de nous parler santé, » poursuit Stephanie.

Outre la frénésie des activités de lancement, il y a aussi un fort intérêt des consommateurs pour les céréales d’antan, avec 30 % des consommateurs britanniques de pâtes disant que les pâtes à base de céréales d’antan, par exemple le quinoa, sont plus saines que les pâtes ordinaires. De plus, l’utilisation de ces céréales anciennes est élevée, puisque deux consommateurs américains sur cinq (41 %) ont mangé des des céréales d’antan.

« Tandis que le nombre de produits contenant des céréales anciennes est en hausse, nous pourrions par la suite connaître une hausse de popularité des céréales germées anciennes. L’ancien processus de germination accidentelle, où les grains entiers sont trempés et attendent de germer a été largement éliminé par les techniques de traitement modernes. Il y a eu un retour à cette pratique ancienne, avec l’introduction de pratiques de « germination » contrôlée, car l’avantage nutritif des céréales germées est maintenant reconnu. La céréale ancienne quinoa est en tête du retour des céréales germées, » poursuit Stephanie.

Et tandis que les céréales anciennes ont été à l’honneur au cours de l’année écoulée, avec l’ONU annonçant l’année 2016 comme l’année des légumineuses, les légumineuses ont elles aussi reçu une attention particulière. Au cours des deux dernières années, le pourcentage de lancements de produits alimentaires et boissons contenant des pois cassés verts a augmenté de 126 %, tandis que le pourcentage de produits alimentaires et boissons contenant des lentilles corail a augmenté de 62 % et le pourcentage des produits alimentaires et boissons contenant des pois cassés jaunes a augmenté de 21 %.

« Les légumes secs peuvent être utilisés pour ajouter un éventail de bénéfices santé naturels aux produits alimentaires et aux boissons. En outre, les légumes secs sains sont des denrées de base dans de nombreuses cuisines ethniques, offrant aux fabricants une voie vers l’innovation de produits pour les explorateurs de nourritures ethniques recherchant plus de commodité, » poursuit Stephanie.

La recherche Mintel révèle que les super céréales ont également bénéficié d’une légère hausse d’utilisation. Au cours des deux dernières années, le pourcentage de produits alimentaires et de boissons contenant des graines de chia a augmenté de 70 %, tandis que le pourcentage contenant des graines de citrouille a augmenté de 27 % et le pourcentage de produits alimentaires et boissons contenant des graines de tournesol a augmenté de 22 %.

« Certaines graines, y compris les graines de chia et de citrouille, offrent une protéine complète, contenant les neuf acides aminés essentiels dans des proportions correctes. Cependant, beaucoup de protéines provenant des graines sont incomplètes. Un mélange de graines peut contribuer à améliorer la qualité des protéines, » ajoute Stephanie.

À l’avenir, il semble que le curcuma connu pour ses bienfaits anti-inflammatoires, et le moringa, réputé avoir des propriétés esthétiques et anti-vieillissement, pourraient devenir les super-aliments à suivre.

« Le curcuma a un potentiel en tant que complément alimentaire ainsi que dans les produits alimentaires fonctionnels et les boissons, en particulier dans les produits destinés à une population grandissante de personnes âgées. En outre, le moringa pourrait être utilisé dans les produits alimentaires et les soins de beauté anti-âge. Alors que l’ingrédient est utilisé à l’heure actuelle dans de nombreux lancements de beauté, les feuilles ont des vertus nutritives exceptionnelles, » conclut Stephanie.

super aliments