Après plusieurs semaines de confinement, le relâchement des mesures de confinement doit intervenir ce lundi 11 mai. S’intéressant au comportement de consommateurs dans l’Hexagone, une nouvelle étude du cabinet d’études de marché Mintel dévoile que la pandémie de COVID-19 a stimulé la demande des produits locaux et pourrait entraîner un effet positif sur le développement des produits fonctionnels.

Pendant le confinement, trois consommateurs sur dix ont privilégié les commerçants locaux pour leurs achats alimentaires

Depuis le début du confinement, 27 % des Français ont fait leurs courses davantage chez leurs détaillants locaux, comme affirme l’étude de Mintel. Le 24 mars, le gouvernement français a fait appel aux détaillants et consommateurs pour soutenir la production et l’économie nationale. Cette incitation devrait résonner avec deux consommateurs sur cinq (39 %) qui plaçaient déjà une grande importance dans le soutien des agriculteurs locaux bien avant l’épidémie de COVID-19.**

De même, la pandémie a également renforcé le désir des Français d’acheter des ingrédients de beauté durables et issus d’une production locale : 73 % des consommateurs préfèrent utiliser des produits de beauté et de soins personnels fabriqués avec des ingrédients provenant de leur région, et 55 % d’entre eux seraient même prêts à payer plus cher pour les obtenir.

Caroline Roux, Global Food and Drink Analyst chez Mintel, explique :

« Le soutien aux fournisseurs locaux permet aussi de soutenir l’économie nationale, ce qui est un aspect important pour les Français, surtout en cet état de crise. Même avant la crise du COVID-19, 40 % des Français achetaient des aliments bio pour soutenir l’agriculture locale. La transparence sur la provenance des aliments et des ingrédients de beauté, tout en soutenant les agriculteurs locaux, est susceptible de devenir encore plus importante à l’avenir.»

Nouvelles opportunités pour des produits fonctionnels

Afin d’améliorer leur état de santé, Mintel observe qu’un tiers (34 %) des consommateurs utilise des aliments et boissons fonctionnels qui sont réputés être bénéfiques pour le système immunitaire. À noter que ces produits sont surtout populaires auprès des personnes âgées de 45 à 54 ans (42 % des répondants). Malgré cette popularité, les réglementations venant de l’Autorité européenne de sécurité des aliments rendent l’utilisation d’allégations difficile. Selon la base de données mondiale des nouveaux produits (GNPD) de Mintel, moins d’un pour cent des aliments et boissons lancés en France au cours des deux dernières années portaient une allégation fonctionnelle liée au système immunitaire.

L’épidémie a également augmenté l’intérêt des consommateurs pour les produits et services de beauté liés à la réduction du stress, comme 29 % des consommateurs français de produits de beauté et de soins personnels se disent désormais en faveur des produits de beauté censés promouvoir la détente et le bien-être. Plus de la moitié (54 %) des consommateurs s’accordent à dire que les soins de beauté ou des soins de toilette leur servent comme moyen de relaxation.

Caroline Roux, Global Food and Drink Analyst chez Mintel, déclare :

« À long terme, l’épidémie de COVID-19 mettra l’accent sur l’importance de la sécurité alimentaire et de l’hygiène dans tous les aspects de nos vies. Par rapport à la consommation des produits alimentaires, les consommateurs feront plus attention à leur état de santé et à leur système immunitaire pour éviter de tomber malade. En positionnant leurs produits autour du bien-être physique et mental, les marques seront capables de répondre à cette demande des consommateurs.»

 

* Base : 1 000 adultes français âgés de 16 ans et plus, du 27 mars au 6 avril 2020 et du 21 avril au 29 avril 2020

** Base : Étude de Mintel sur la consommation dans 35 pays, juillet 2019

Comment réagir face aux défis de demain ? Définissons votre stratégie ensemble. Contactez-nous par ici.