A quelques jours de l’ouverture du salon Anuga 2019 (du 5 au 9 octobre prochain), une étude Mintel révèle que l’éventail de produits alimentaires et de boissons bio dans le monde n’a jamais été aussi important; de quoi régaler les amateurs !

D’après Mintel Global New Products Database (GNPD), une base de données mondiale référençant les nouveaux produits, le nombre total de nouveaux lancements de produits alimentaires et de boissons sous l’étiquette bio est passé de 6 à 10 % au cours des dix dernières années, plus exactement entre août 2009 et août 2019.

Selon les études de Mintel, l’Europe mène la danse en matière d’innovation alimentaire et de boissons bio, totalisant un cinquième de l’ensemble des produits lancés sur ce continent sous le label bio. Au cours des dix dernières années et jusqu’en juillet 2019, le nombre de lancements d’aliments et de boissons européennes portant l’allégation bio a bondi de 9 à 17 %, répondant ainsi aux désirs des européens d’obtenir de tels produits. Au rang des pays leaders en matière d’innovation, la France, qui couvre quelque 22 % des lancements bio en Europe entre août 2018 et juillet 2019, est suivie par l’Allemagne (20 %), puis par l’Espagne (9 %).

L’Europe n’est pas le seul continent à bénéficier d’une plus grande variété d’aliments et de boissons bio. L’Amérique du Nord a également enregistré une très forte hausse de lancements bio. Le nombre de produits alimentaires et de boissons bio est ainsi passé de 9 % en 2009 à 15 % en 2019 (Août 2018-Juillet 2019). La disponibilité de ces produits alimentaires et boissons en Asie-Pacifique, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique a légèrement augmenté. Cependant, dans chacune de ces régions, moins d’un lancement de boissons et aliments sur 20 (4 %) a porté la mention « biologique » entre août 2018 et juillet 2019. Il y a dix ans, ce pourcentage était de 3 % en Asie-Pacifique et en Amérique latine et de 2 % au Moyen-Orient et en Afrique.

Katya Witham, qui est analyste Global Food and Drink chez Mintel et qui présentera au salon Anuga, déclare :

«La popularité des produits bio auprès des consommateurs européens n’a cessé de croitre à une époque où les préoccupations autour du bien-être, de la santé et de l’environnement progressent. Notre étude démontre que le marché européen est à la tête de l’innovation en matière d’aliments et de boissons biologiques, avec la France, l’Allemagne et l’Espagne à la pointe de ce mouvement. Le bio a complètement envahi les canaux traditionnels et a gagné du terrain auprès des consommateurs. Pour autant, ce segment continue à offrir des opportunités d’innovation au travers de nombreuses catégories alimentaires et de boissons. C’est particulièrement vrai dans des catégories où les revendications biologiques ont joué un rôle mineur par le passé, comme par exemple le vin ».

Free-from et messages éthiques gagnent en importance dans le domaine du bio européen

« Les revendications bio s’intègrent de plus en plus dans un positionnement de produit englobant la santé et l’éthique, ce qui explique la popularité des lancements dotés d’allégations éthiques et free from. A l’heure actuelle, le veganisme constitue l’une des tendances les plus en vogue dans l’alimentaire et les boissons. Il semble donc naturel que les producteurs biologiques associent les deux. D’après nos recherches, près de la moitié des produits alimentaires et des boissons vegan lancés au cours des douze derniers mois ont été positionnés sur le créneau biologique. Alors que le veganisme prend de l’ampleur, les marques bio à base de plantes ne se contentent plus de mettre en avant l’absence d’ingrédients d’origine animale mais développent désormais une approche plus holistique » ajoute Katya Witham.

Les Millennials et la génération Z sont les plus susceptibles d’acheter des produits bio

Par type de consommateurs, les Millennials (25-34 ans) et la Génération Z (16-24 ans) sont plus enclins à acheter des produits bios en France, Allemagne, Italie, Espagne et Pologne, selon une étude de Mintel. Parmi ces cinq pays, les Millennials italiens ont plus tendance (87 %) à acheter des produits alimentaires et des boissons bio que leurs homologues allemands (86 %), espagnols (85 %) et français (81%). En Pologne, la génération Z semble s’intéresser davantage aux aliments et boissons bio : ils sont 83 % à déclarer acheter ces produits, en comparaison des 80 % de Millennials polonais.*

Par ailleurs, les jeunes sont aussi plus susceptibles de dépenser davantage pour des aliments et des boissons bios. C’est particulièrement vrai de la génération Z espagnole : 38 % indiquent que les produits biologiques offrent un bon rapport qualité-prix, comparé à 26 % pour l’ensemble des Espagnols. En parallèle, les jeunes Allemands sont moins enclins à payer plus pour ces produits que leurs pairs espagnols : 27 % des 16-24 ans acceptent de dépenser davantage pour les produits bios. Ce pourcentage tombe à 21 % pour la population allemande dans son ensemble.*

« La Génération Z a grandi à une époque où la santé et le bien-être étaient au premier plan. Pour les plus jeunes générations, l’impact social et environnemental de la consommation a beaucoup d’importance et pourrait aider à alimenter la croissance à venir du secteur bio. Par ailleurs, le nombre important de foodies parmi les jeunes consommateurs crée des conditions favorables pour accueillir davantage de produits bio haut de gamme conçus pour les obsédés de nourriture qui veulent tout aussi bien manger sur le pouce que préparer des mets délicats et sains facilement et rapidement à la maison » conclut Katya Witham.

* Base: 2 000 internautes âgés de plus de 16 ans en France, Allemagne, Italie, Espagne, et Pologne