Après deux ans de pandémie et de multiples confinements, que nous réserve le futur pour les consommateurs ? Simon Moriarty, Director of Mintel Trends EMEA, a choisi quatre tendances sociales et culturelles dominantes en 2022 et sur le long cours.

S’échapper des incertitudes du monde

Même après la pandémie de Covid-19, les consommateurs continueront à vouloir profiter d’expériences chez eux et à l’extérieur. Le modèle de sortie des films au cinéma et sur des plateformes numériques perdurera grâce aux services de streaming qui trouveront de nouveaux modèles premium pour monétiser le visionnage hors cinéma. Des réactions fortes de la part des téléspectateurs qui payent d’ores et déjà pour des services de streaming, ainsi que de la part de l’industrie du cinéma qui s’attend à recevoir des compensations financières basées sur les revenus du box-office, pourraient émerger contre ces services.

Par conséquent, pour augmenter le nombre d’abonnés, les marques pourront travailler à améliorer l’expérience du spectateur par la personnalisation, le service à la demande et la réalité augmentée. Demande de collecte de données transparente

Les concerts bénéficieront également d’une demande renouvelée pour des expériences en groupe. Bien que la musique en streaming continuera d’être la norme pour la plupart des consommateurs, la demande pour des formes plus traditionnelles d’écoute reprendra de l’importance – la nostalgie de ces médiums participe à la demande de cette familiarité confortable de la part des consommateurs. En particulier, toutes les plateformes de streaming de toutes les formes de divertissements devront être plus transparentes vis-à-vis de leur utilisation, partage et stockage des données utilisateurs comme les consommateurs demandent plus de contrôle que jamais.

Réalité virtuelle et augmentée pour le grand public

La réalité virtuelle (RV) et la croissance du métavers semblent suggérer la future possibilité de voyager sans quitter le confort de son fauteuil. C’est bien simple : les consommateurs veulent vivre des expériences, surtout celles qui sont partageables comme les vacances. Une certaine prudence devrait émerger vis-à-vis de différents lieux ainsi que du désagrément lié au confinement, mais les consommateurs s’adapteront et seront à la recherche de nouveaux endroits à visiter.

Plutôt que d’utiliser des technologies pour remplacer le voyage, les marques les utiliseront pour convaincre de voyager, en encourageant les consommateurs à « essayer avant d’y aller » grâce à la RV. Les options de transport deviendront une partie intégrale de l’expérience ; des véhicules autonomes, des avions connectés et des options de luxe auparavant inabordables remplaceront l’expérience « standard » afin d’augmenter le nombre de voyageurs.

Agir selon les principes de durabilité

Les principes de durabilité et d’économie circulaires prendront une place prépondérante dans les industries de la mode et de la beauté, avec des options de deuxième main et de location pour la mode et la demande voire l’attente de la réutilisation et de recharge en magasin pour les cosmétiques. Les consommateurs voudront plus d’implication de la part des marques de ces industries, tout particulièrement sur l’impact environnemental de la fabrication et de la production. Les marques qui mettent trop de temps à s’adapter se verront progressivement délaissées.

Les consommateurs sortent de la pandémie avec une conscience plus aiguë de l’incertitude du monde et du changement rapide d’une situation. Ainsi, la protection personnelle constitue la facette centrale des demandes en santé et bien-être, et la volonté de se protéger de futures crises ou pandémies influencera les modes de vie. Les consommateurs ne voudront pas tant « être beaux » que « se sentir bien » sur tous les aspects de la vie – un procès qui nécessitera plus de soutien en matière de santé mentale.