Les producteurs de fromage peuvent désormais accorder plus d’importance à la notion de durabilité dans la création de nouveaux produits. Le rapport Tendances 2016 alimentaire et boissons de Mintel dénote une nouvelle tendance : « L’écologie : nouvelle réalité », qui révèle que les enjeux climatiques ont fortement incité les fabricants des secteurs de lalimentation et des boissons à adopter des ingrédients, des techniques de production et des emballages respectueux de lenvironnement dans le cadre des processus de développement de produits.

Sur le marché du fromage, un petit nombre de producteurs se place à la pointe de l’innovation en faisant la promotion de pratiques respectueuses de l’environnement auprès des consommateurs : emballages écologiques, énergie « verte » et bien-être des animaux.

Entre juin 2015 et mai 2016, nous avons constaté une augmentation des lancements de produits fromagers affichant des revendications éthiques et respectueuses de l’environnement par rapport à la période s’étalant de juin 2011 à mai 2012. Malgré cette augmentation, le pourcentage de nouveaux produits fromagers affichant des revendications éthiques ou en faveur de lenvironnement reste faible. En effet, bien que la revendication éthique principale des fabricants de fromage concerne un emballage plus respectueux de l’environnement, moins de 5 % des nouveaux produits mis sur le marché l’année dernière ont exploité cette tendance.

Il n’est pas surprenant de constater que , lannée dernière, le plastique était le premier matériau demballage utilisé lors de la mise sur le marché de nouveaux produits fromagers revendiquant un conditionnement respectueux de lenvironnement. En effet, près de trois quarts des produits fromagers revendiquant un emballage écologique et mis en vente dans le monde étaient emballés dans du plastique. Selon le rapport de Mintel intitulé  « Cheese:  Spotlight on Natural US 2015 » (Fromage : pleins feux sur le naturel aux États-Unis, 2015),  le plastique est souvent utilisé dans le secteur du fromage et est associé avec le fromage naturel. Aux États-Unis, s’ils avaient la possibilité de créer leur fromage idéal, près de deux consommateurs de fromage sur cinq privilégieraient les emballages en plastique et un peu plus d’un quart d’entre eux choisiraient un sachet.

Afin de proposer un emballage haut de gamme, certains producteurs de fromages ont ajouté un deuxième emballage en carton recyclable qui leur permet d’afficher davantage d’informations. Dans de nombreux cas, les fabricants consacrent plus despace sur leur emballage en carton pour ajouter des anecdotes ou des informations sur le produit. Ce type de renseignements suscitent un intérêt beaucoup plus prononcé pour les consommateurs quauparavant, comme l’a constaté Mintel dans la section « Basé sur une histoire vraie » de son rapport Tendances 2016 alimentaire et boissons . Les producteurs de fromage peuvent se servir de leurs emballages pour partager des informations concernant l’origine des produits, la production et leurs engagements en faveur de pratiques durables. La marque Tesco, par exemple, tire parti de cette tendance en utilisant un emballage extérieur en carton noir élégant sur lequel elle explique le processus de production de sa marque distributeur « Halloumi cheese ».

LES CONSOMMATEURS DE FROMAGE VEULENT PLUS DE TRANSPARENCE SUR L’ORIGINE DU PRODUIT ET LE BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX

Nos recherches ont révélé que, entre juin 2011 et mai 2012 et entre juin 2015 et mai 2016, la production de produits plus respectueux de l’environnement et le bien-être des animaux furent les préoccupations ayant connu l’essor le plus important en matière d’éthique. Ces revendications en faveur de l’environnement et du bien-être des animaux reflètent également la tendance « Basé sur une histoire vraie » de Mintel, puisque les consommateurs veulent savoir ce quils consomment, en particulier lorsquil sagit de produits dorigine animale. Cette augmentation reflète l’intérêt grandissant et les nouvelles attentes des consommateurs quant aux produits laitiers, aux produits carnés et autres produits d’origine animale.

L’origine des ingrédients suscite tout particulièrement l’intérêt des consommateurs. Depuis avril 2015, l’Union européenne exige que l’étiquetage des produits carnés indique le pays d’origine. Cet étiquetage obligatoire pour les produits carnés pourrait inciter les consommateurs à vouloir des informations similaires pour les autres produits d’origine animale tels que les produits laitiers.

Une majorité de consommateurs italiens, espagnols, français, polonais et allemands s’accordent pour dire que les emballages des produits fromagers devraient fournir davantage d’informations sur l’origine du lait utilisé pour fabriquer le fromage. En réalité, les consommateurs européens veulent plus dinformations concernant la provenance du lait utilisé pour fabriquer le fromage que pour la provenance du lait quils boivent. Par exemple, plus des trois quarts des consommateurs italiens de fromage souhaiteraient en savoir davantage sur la provenance du lait utilisé pour fabriquer le fromage, tandis que la moitié des Italiens s’accordent pour dire que les emballages des produits laitiers devraient fournir plus d’informations quant à la provenance du lait.

Outre la provenance des ingrédients, les revendications concernant le bien-être animal ont également progressé, bien que ces revendications ne concernent que 1 % des produits fromagers mis en vente à travers le monde entre juin 2015 et mai 2016. Cependant, les revendications liées au bien-être des animaux présentent un intérêt pour les consommateurs lorsqu’il s’agit de produits en lien avec le fromage. Par exemple, selon le rapport de Mintel intitulé « Added Value in Dairy Drinks, Milk and Cream UK 2016 » (Valeur ajoutée pour les produits laitiers, le lait et la crème au Royaume-Uni, 2016) , un consommateur de lait sur cinq au Royaume-Uni se dit intéressé par les produits laitiers qui garantissent des pratiques très favorables au bien-être animal.

Aux quatre coins du monde, des producteurs de fromage communiquent ouvertement et en détails sur le traitement des animaux qui produisent le lait utilisé en tant qu’ingrédient de base de leurs produits. À titre d’exemple, le fromage biologique moelleux, crémeux et en bouchées de la marque Calon Wen (Royaume-Uni) est fabriqué à partir de lait provenant de « vaches qui paissent dans des pâturages riches en trèfles dans des fermes familiales biologiques du Pays de Galles. » Sur l’emballage de son cheddar fort, la marque Kindred Creamery (États-Unis) déclare qu’elle a mis en œuvre un programme intitulé « Cow’s first » (Priorité aux vaches) qui « permet aux vaches d’évoluer en toute liberté à l’extérieur.» Ces fromages pourraient servir de modèle pour les producteurs qui souhaitent adopter des programmes similaires axés sur le bien-être des animaux, ainsi que des pratiques de promotion du même type.

L’UTILISATION DES ÉNERGIES RENOUVELABLES PERMET DE RÉALISER DES ÉCONOMIES ET DE PROMOUVOIR SON ACTIVITÉ

Bien que le volume total mondial de lancements soit moindre, de plus en plus de produits fromagers affichent des revendications axées sur le respect de l’environnement. Certaines de ces pratiques mettent l’accent sur l’utilisation d’une énergie verte telles que les énergies renouvelables, au cours des processus de production.

Les consommateurs expriment de lintérêt pour lénergie verte dans le cadre de pratiques durables. Toutefois, ce sujet est loin dêtre une priorité dans la liste des préoccupations éthiques. Par exemple, pour déterminer si une entreprise est éthique, les consommateurs britanniques tiennent compte de la consommation énergétique de cette dernière. Un tiers des consommateurs s’accordent pour dire qu’une entreprise est éthique si elle s’engage à réduire son empreinte carbone. Malgré l’intérêt porté à la consommation d’énergie, les questions du bien-être animal, de la provenance des ingrédients et du bien-être des employés sont mieux considérées que les questions énergétiques lorsqu’il s’agit de déterminer si une entreprise est éthique.

Le producteur de fromage britannique Wyke Farms insiste sur le fait qu’il utilise de l’énergie verte, notamment du biogaz généré à partir des déchets de la laiterie et de la ferme. Les fromages de cette entreprise sont certifiés par la « Red Tractor Assurance for Farms », une organisation britannique qui, selon l’association, garantit la sécurité alimentaire, le bien-être animal, de bonnes conditions d’hygiène ainsi qu’une production en faveur de la protection de l’environnement. Cette certification est représentée sur le produit par un logo illustrant un tracteur rouge. Ces logos aident les consommateurs à identifier rapidement les marques qui fabriquent des produits dans un souci de durabilité.

Les producteurs de fromage peuvent également être plus ingénieux quant à la façon dont ils utilisent les produits dérivés lors du processus de fabrication du fromage. Tel est le cas pour 650 producteurs laitiers de Savoie, en France, qui ont mis au point une méthode pour transformer les restes issus du processus de fabrication du fromage en eau sucrée. L’eau sucrée est envoyée dans une usine où elle est transformée à 99 % en biogaz qui est alors utilisé pour alimenter en électricité 1 500 foyers en France. Ce type de recyclage inventif peut être mis en valeur sur les emballages des produits fromagers et pourrait inciter les consommateurs à privilégier une marque en raison de ses engagements éthiques.

CE QUE NOUS EN PENSONS

Les producteurs de fromage ont la possibilité d’adopter des initiatives en faveur de pratiques durables au sein de leur chaîne logistique ainsi que de promouvoir ces activités auprès des consommateurs. Outre les emballages en plastique respectueux de l’environnement, l’ajout d’un second emballage en carton permet aux producteurs de fromages de disposer de plus d’espace pour partager des informations sur leurs fromages ainsi que leurs engagements en matière de durabilité. L’augmentation des revendications liées au bien-être animal dans le secteur des produits fromagers pourrait inciter davantage d’entreprises à partager leur engagement en faveur du traitement éthique des animaux qui produisent le lait utilisé pour la fabrication de leurs produits.